PELICAN'S STATION

Publié le par thierry saadouni

Petite critique zitounienne d'un soit-disant "best restaurant" en terre niçoise... 


Je tiens à dissiper sur le champ tous malentendus. Ce n'est pas ma condition de lyonnais qui a été à l'origine du vent de critiques que je m'apprète à faire déferler sur cet établissement au nom de stupide volatile. Je peux considérer en effet qu'on puisse manger correctement en dehors de ma capitale gastronomique.

Mais là !
Fatalistes, nous en avons conclu que nous étions au mauvais endroit, au mauvais moment...
Je m'explique.

Tout d'abord : le cadre, en matière de goûts pour la décoration : tout est discutable. Mais la disposition de la salle et la proximité des tables entre elles participent à une cacophonie assourdissante. Faisant ressembler le tout à une désagréable cantine où la discussion des clients d'à-côté n'a plus de secret pour vous...

Viens ensuite le service : gros point noir de cette gargotte. Ce fut, lors de notre passage, du grand n'importe quoi ! Je vous cite pêle-mêle les désagréments que nous avons supportés : attente interminable des plats, des serveuses différentes venant prendre la même commande, plusieurs desserts présents sur la carte en rupture, carafes d'eau réclamées à de multiples reprises...

Quant à la qualité générale des mets, on peut considérer qu'elle relève un peu le niveau sauf que le tournedos Rossini cuisson bleue que nous avions commandé est arrivé en fait "recuit". J'emploie ce terme volontairement pour signifier que ma viande avait subi un trauma de cuisson ! L'attente expliquant peut-être ce fait là, c'est une véritable semelle : grise et dure que nous avons renvoyé en cuisine. Affront fait à une viande de qualité constituant le plat le plus cher de la carte !

Le prix, parlons-en. A part le bon rapport qualité-prix des pizzas. Je considère le Pelican'station dans un standing tarifaire un peu trop élevé pour lui...

Bien heureux que j'étais d'être accompagné d'amis niçois forts sympathiques, ce qui a sauvé cette soirée assez mal engagée.

Vous comprendrez aisément que je ne vous conseille pas spécialement de vous arrêter à la station de ce cher (!) oiseau à goître...

Publié dans VOYAGES - TOURISME

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article